la table
la table
la table
la table
la table
index
naissance
projet
projet
projet
projet
fonctionnement
fonctionnement
fonctionnement
projet
projet
projet

Face au cas désespéré de Klaus ou de nombreuses autres personnes dans sa situation, face au manque de structures d’accueil adaptées aux personnes sans domiciles fixes, alcooliques et, ou, toxicomanes et marginalisées depuis de nombreuses années,  la création de Job Appart’ s’est imposée comme une nécessité.


Une offre de logement peu adaptée :


Le logement privatif reste d’accès très difficile pour les populations en difficultés ou en situation précaire. La méfiance, voire le mépris de certains bailleurs se fait de plus en plus sentir. Les contraintes sont beaucoup nombreuses ( cautions financières et cautions solidaires, revenus imposés, emploi en CDI, …).


Le logement social est de plus en plus difficile à obtenir. Les délais d’obtention d’un logement en HLM sont longs et dans certaines villes la volonté politique est peu favorable à l’accueil d’une population «  à problèmes » même si cette population s’impose en occupant  des squats ou des logements insalubres.


Les dispositifs d’insertion par le logement ont des capacités d’accueil réduites et les conditions d’admission sont parfois sévères.


Les foyers d’insertion sont saturés et deviennent de plus en plus des lieux de vie.


Une population qui passe toujours après :


Ces personnes en grande précarité passent toujours après. Après nos propres demandes, après nos rendez-vous, après notre précieux temps. Ils subissent parfois nos désirs de les aider à s’en sortir, car nous savons ce « qui est bien pour eux ».

L’ échec est garanti.

Par contre, ils  savent évacuer ces échecs avec une bouteille, un produit quelconque ou un comportement antisocial plein de violence. Ils ont des blessures profondes dont la cicatrisation est longue. Des blessures d’amour dont les plaies mettent longtemps à ne plus faire mal et qui ne cicatrisent jamais.


« On » leur a tellement promis ( travail, logement, rendez-vous qui ne sont pas tenus…)qu’ils s’en vont parfois de façon définitive et sans bruit, dans la rue, seul…comme Klaus, Roger, Deïter, Polo… et les autres.

  

La table de Job

L'article de Job